mardi 19 septembre 2017

Les mâles et leur pénis: contemplation, comparaison, habituation




La fascination qu'exerce sa bite sur un jeune garçon commence tôt. Et la curiosité grandit en même temps que le garnement. Arrive l'âge des comparaisons. Suivant la situation, il doit ruser pour arriver au but. Certains camarades sont prêts à l'échange, d'autres encore trop timides. Vient aussi l'examen des aînés, grand frère, cousins, père. Jusque-là, jeunes hétéros et homos suivent le même parcours. Plus tard aussi, le degré de contemplation restera à peu près égal d'une orientation à l'autre.






Question comparaisons, en revanche, le jeune homme gay est avantagé. Si le vestiaire offre le même champ d'exploration aux deux camps en ce qui concerne les bites au repos, les gars bi et homos sont avantagés dans les lieux de rencontre qui leur sont réservés.



Une question se pose. Les gays sont-ils plus excités par la contemplation de leur propre organe à cause de leur attirance innée envers le même sexe? Cela dépend des gars. En revanche, les hommes bien chargés en testostérone éprouvent une forte exaltation en voyant leur membre s'introduire dans la cavité de leur choix. Cela participe à la puissance de l'orgasme. Et ils imaginent aussi une pénétration en se masturbant. Donc, peu de différence entre les orientations. Je n'ai pas l'impression que la vue de mon gourdin en photo sur l'écran de l'ordinateur me provoquerait une érection. La pine d'un autre mec, bien sûr, à condition qu'elle ressemble à mon idéal.





Autre enthousiasme partagé entre mecs -- toutes catégories confondues -- c'est lorsque le regard de la personne en face de nous s'éclaire en contemplant notre bas-ventre. Si la société des hommes pouvait communier sur ce qui la réunit au lieu de se focaliser sur la différence -- somme toute peu importante --  nos liens seraient tellement plus fraternels...

André
















4 commentaires:

Anonyme a dit…

L'avantage du pénis est qu'il change de teille plusieurs fois durant la journée.
On peut aussi avoir un orgasme sans éjaculation.

Xersex a dit…

On peut aussi avoir un orgasme sans éjaculation.

Je l'ai eu! Mais ce genre d'orgasme, je ne me suis pas amusé.

Philippe du Nvd a dit…

...ou éjaculer sans avoir vraiment d'orgasme !
Cela m'arrivait, hélas, fréquemment lors de mes premières rencontres... Trop vite... trop pressé... trop excité... trop de peurs...!
Heureusement, à cet âge je pouvais encore remettre le couvert assez rapidement et plusieurs fois pour mon hôte de la soirée...
Et sans faire déborder le potage trop précipitamment...

Sic transit gloria mundi !

estèf a dit…

Ma propre nudité m'a toujours fait facilement bander, a fortiori si je m'occupe de mon corps, pour le raser par exemple...