mercredi 25 octobre 2017

Le pouvoir super-érotique des aisselles ni rasées ni désodorisées








C'est visuel, c'est olfactif, c'est gustatif. Pour certains une "aromathérapie", alors que d'autres y restent insensibles ou réagissent avec dégoût. Des études en imagerie cérébrale auraient décelé l'effet discret de phéromones, particulièrement chez des personnes LGBT, déclenchant des réactions physiologiques, parfois même émotionnelles. Résultat d'autant plus étonnant que, selon les chercheurs, les gènes des récepteurs aux phéromones -- qui fonctionnent si naturellement chez les animaux -- seraient altérés chez la femme et l'homme. Encore un domaine où nous sommes moins bien outillés que la majorité des êtres vivants qui peuplent la Terre. Cela ne devrait pas nous empêcher d'être bestialement excités par un mec qui manifeste ainsi sa compatibilité avec notre propre libido.

André
























6 commentaires:

clodoweg a dit…

J'ai toujours adoré les aisselles et l'odeur des hommes.
On prétend que les humains ne sentent plus l'odeur des phérormones mais, sur moi elle fait toujours de l'effet.

Anonyme a dit…

En dehors des films pornographiques, je n'ai jamais rencontré d'hommes attirés par les aisselles.

Il n'y a pas eu d'article sur :
http://www.leparisien.fr/paris-75005/paris-l-espace-naturiste-est-ouvert-31-08-2017-7227126.php
Le premier espace parisien, gratuit, autorisé à la pratique du naturisme vient d’ouvrir ses portes, au cœur du bois de Vincennes (XIIe). L’expérimentation durera jusqu’au 15 octobre, avant un éventuel renouvellement.

André a dit…

Clodo!

Tu vis dans le monde des valeurs éternelles. L'or de ta boucle d'oreille, métal formé il y a plus de cinq milliards d'années, écris-tu dans ton blogue. Et les arômes évanescents du corps de l'homo erectus, apparu autour d'un million d'années. Alors que les pieux intégristes ne nous donnent que 10'000 ans depuis le serpent et la pomme, ce qui explique pourquoi ils sont si puants.

estèf a dit…

Joli commentaire, André, sur de beaux sujets !

xaber a dit…

Ah! Les aisselles! Quand elle ne sont pas tartinées de déodorant, quand les poils sont longs et dépassent du pli, y foutre son nez est simplement magique. C'est une zone très sensible qu toucher et l'odeur est faite pour attirer. L'odeur de l'homme s'y trouve, elle n'attend qu'à être collectée.

Xersex a dit…

très bien dit (à voir mon commentaire pour le post suivant)