lundi 26 février 2018

Il n'y avait jamais eu autant d'athlètes ouvertement LGBT aux J.O.



Il n'y a jamais eu autant d'athlètes lesbiennes et gays out, c'est-à-dire hors du placard, aux Jeux olympiques que cette année en Corée. Et lorsque -- sans se rendre compte qu'il était filmé -- le skieur acrobatique américain Gus Kenworthy, spécialiste du slopestyle, a embrassé son amoureux l'acteur Matthew Wilkas, il a mis le feu aux poudres. Le soir même, les médias sportifs diffusaient la vidéo et la photo, du moins dans les pays civilisés. Avec un commentaire positif très inattendu de la part de cette presse. Suscitant, bien sûr, la critique des bigots et des tenants de la droite extrême car, vous l'aurez compris, cette scène scandaleuse va inciter les gamines et les gamins hétéros à devenir homos. Ne serait-ce que pour décrocher une médaille aux prochains Jeux.



Chaque été, le magazine sportif américain ESPN publie des photos d'athlètes de premier rang, femmes et hommes nu-e-s. "Dans ma jeunesse, si j'avais vu un sportif ouvertement gay dans le numéro dédié aux corps, cela m'aurait prouvé qu'être homo est o.k., déclare Gus Kenworthy, et que je ne serais pas exclu du sport de compétition. Cela m'aurait beaucoup encouragé." Pour le numéro de juillet 2017, il a payé de sa personne et s'est désapé dans la neige afin de montrer sa virtuosité. Il espère que son exemple sera utile à de jeunes mecs encore enfermés dans le placard, par timidité ou parce qu'ils craignent les réactions de leur entourage.







Les photos de Kenworthy au naturel ne manquent pas, mais celles où il figure avec son compagnon ont fait le tour du monde durant les Jeux. Avec ce commentaire: "Je suis d'avis que tout le monde doit pouvoir vivre sa vie comme il l'entend, sans se cacher." Ce à quoi des gens qui s'estiment "tolérants et bien intentionnés" ont déclaré: "Cela nous est bien égal que ce mec soit gay. Mais il n'a pas besoin de nous jeter à la figure qu'il se fait enculer. C'est un mode de vie déviant. Pourquoi les homos ont-ils tant besoin de faire toute cette publicité ?"




La réponse est simple. Les hétéros manifestent constamment leur statut sexuel. En se montrant en couple, en famille avec des enfants. En magasin, le contenu de leur chariot le démontre. Et ils en parlent tout le temps, sans honte. Pourquoi les LGBT devraient-ils se cacher ? Parce que nous représentons une minorité ? Faire entrer le mode de vie homosexuel dans la banalité quotidienne permettra à ceux que cela dérange de s'y habituer et de nettoyer leur boîte à préjugés. Car le problème dont ils souffrent est en eux, pas en nous.



Depuis que le patineur artistique Adam Rippon (28 ans) a fait son coming out en 2015, il se sent bien dans sa peau. Champion des États-Unis en 2016, il est devenu très populaire et attire toutes sortes de questions de la part de ses fans. Surtout celle-là: "Qu'est-ce que ça fait d'être un athlète gay ?" "C'est exactement la même chose que d'être un athlète hétéro: il faut travailler dur, mais avec des sourcils plus soignés."




À l'âge de 13 ans, Adam a gagné le premier prix d'un championnat au Luxembourg. Puis il a fait un petit tour d'Europe: Suisse pour visiter le Musée olympique à Lausanne, Italie, France, Angleterre, comme il le raconte dans la vidéo ci-dessous. Dans la suivante, il décrit son parcours de jeune athlète découvrant finalement des collègues gays qui lui ont donné confiance. Et à 21 ans, le premier homme avec lequel il a osé flirter...














Avant l'ouverture des Jeux en Corée, le très courageux Rippon a refusé de se rendre à l'invitation officielle du vice-président des États-Unis qui allait soutenir les athlètes américains à Pyeongchang. Tout au long de sa carrière politique, Mike Pence a ouvertement condamné les homosexuels, par exemple en promouvant un projet de loi en faveur de la "liberté religieuse" dans l'État de l'Indiana dont il était le gouverneur. C'est-à-dire en donnant la possibilité aux commerçants bigots de refuser de servir des clients LGBT, aux médecins de les soigner, aux patrons de les engager, aux proprios de leur louer un logement. Et en soutenant les institutions qui prétendent "guérir" les gays. En créant toutes sortes de problèmes pour les personnes transgenre. En luttant contre la légalisation du mariage pour tous qui allait "détruire la famille telle que Dieu l'avait voulue" et bien d'autres chicanes encore. Toutes mesures servant à encourager l'électeur intégriste à voter pour Mike Pence.

Rippon et Kenworthy aux Jeux de Corée.

Le gay Rippon tenant tête au vice-président.

Il y a comme un vent de révolte qui commence à agiter ces États désunis par le triste clown de la Maison Blanche et par son entourage de laquais. Dans le sport, dans les écoles, parmi les femmes, les vétérans de l'armée, les artistes et d'autres corps de métiers. Ouf ! enfin, peut-être...

André

Les patineurs canadiens Meagan Duhamel et Eric Radford, lui ouvertement gay.

8 commentaires:

badinguet a dit…

merci pour vos commentaires sur les J.O. votre culture m'apprend souvent beaucoup de choses, et cette page est très juste. j'aime le patinage sur glace !

Anonyme a dit…

La première fois que j'ai vu la photo de Gus Kenworthy et de son amoureux l'acteur Matthew Wilkas, j'ai cru que le journaliste s'était trompé et avait mis la photo de Gus Kenworthy et de son frère.

Calyste a dit…

Quel plaisir, chaque fois, de te lire (même si je commente rarement) ! Tes textes font du bien, ne serait-ce que par leur intelligence. Merci.

Xersex a dit…

Je suis content que l'homosexualité soit plus évidente, même dans le sport!
Je partage les compliments pour ton blog, André chéri!

clodoweg a dit…

Moi aussi je partage les compliments. Très bel article André

Francky a dit…

Je ne vais pas me démarquer, très bel article.... Merci
Bisous

André a dit…

Merci les gars !

On dirait mon enterrement. C'est là qu'on est le plus encensé...

Kevin a dit…

Emotion et plaisir m'envahissent en lisant ce billet, BRAVO André. J'ai versé une larme en écoutant le témoignage d’ Adam Rippon. Magnifique courage aussi de ce patineur américain.