lundi 23 avril 2018

La masturbation en groupe: bénéfique aux hétéros comme aux gays






La masturbation en groupe (ou en cercle) c'est comme une bande de grands gosses qui improvisent un match de foot -- pas pour gagner, mais pour se marrer en tapant dans le ballon. Hétéros et gays mélangés, cela n'a pas d'importance qu'il s'agisse de pied ou de poignet, l'équipement est le même pour tous, le plaisir ressenti et la curiosité aussi. Certains gars ont eu la chance d'en faire l'expérience déjà durant l'adolescence, avec des camarades d'école ou de vacances. D'autres trouvent plus tard une bande à qui se joindre -- et il n'y a pas de limite d'âge. Ou plutôt: on est plus disponible avant et après le mariage.








Dans certaines métropoles, il existait des lieux où ces rencontres étaient organisées à dates régulières, avec des règles de jeux à respecter. Par exemple: on se déshabille entièrement, sauf les chaussures, et on ne touche personne. Le liquide lubrifiant et des rouleaux de papier-ménage sont à disposition... Aujourd'hui, les saunas et hammams dits "gays" ont pris le relais. Et beaucoup de mecs organisent des soirées à domicile. Mon expérience dans ce domaine est variée: saunas et parfois hammams sur cinq continents; mais aussi lieux bien cachés dans les roseaux au bord d'un lac; week-ends ou semaines de "tantra", mixtes sinon (de préférence) entre mecs gays et bis.







Parfois c'était acharné et bestial; ou seulement vidange à la station-service. D'autres fois sensuel et consensuel, voire une expérience planante et spirituelle. C'est dans ces lieux que j'ai rencontré tous les hommes qui ont vraiment compté dans ma vie. Des lieux où l'on peut aussi "apporter son pique-nique": donc s'y rendre avec son compagnon et jouer avec lui, rien que lui, tout en profitant de l'énergie ambiante. O., mon grand amour que le cancer a emporté prématurément, était de dix ans plus jeune que moi. Il attirait un cercle d'admirateurs quand je m'occupais de lui dans une forêt, au bord de la rivière ou enveloppé de la vapeur d'un hammam. L'attention de ces regards le rendait heureux.






Les cercles où l'on se chatouille le membre en bonne compagnie -- sinon incognito -- se constituent et se décomposent sur des rythmes aléatoires. C'est rapide et sans ménagement lorsqu'il s'agit de la dernière purge avant que l'établissement n'annonce la fermeture. Sinon, les gars font durer le plaisir de la montée du désir et du partage avec l'un ou l'autre des participants. On a passé des joutes de la jeunesse -- qui crache le premier ? qui le plus loin ? -- à ceux de la sensualité. Avec, en prime et circulant à travers le groupe, ce sentiment de fraternité dont nous les mâles sommes tellement demandeurs.








Comme me l'a déclaré un gars à la fin d'un grand jeu: "Maintenant je sais que je ne connais pas vraiment un type tant que je ne l'ai pas vu nu, bandant, puis apaisé." J'ajoute: tant que je ne l'ai pas entendu rugir au moment suprême. Les taiseux sont des impuissants mentaux. Un homme qui se dévoile au point d'oser mugir au moment de lancer son jet de sperme nous offre un cadeau sans prix, un instant de grâce et d'inspiration, une faveur céleste.

André




1 commentaire:

Xersex a dit…

la phrase final est très poetique!