dimanche 27 mai 2018

Camps de vacances pour jeunes mecs naturistes et sportifs





Ils ont l'air heureux et insouciants. Tant mieux pour ceux qui le sont vraiment et ne traînent pas des tourments secrets. Car les adolescentes et adolescents sont beaucoup plus nombreux qu'on ne le croit à encaisser des humiliations, des rejets, des abus de toutes sortes et à les refouler au fond de leur âme. Divorce parental brutal, maltraitance au sein de la famille ou dans des institutions, homophobie à l'école ou dans la paroisse, violences sexuelles, abandon, adolescentes enceintes et jeunes gays ou transgenres jetés à la rue, tabassés par des inconnus, exploités, obligés de se prostituer pour survivre.






Le pape François ne sait plus ou donner de la tête. PDG de la plus grande multinationale de l'abus sous toutes ses formes -- financier, sexuel, relationnel (célibat obligatoire), avec ingérence dans la vie privée (l'Irlande sort enfin du Moyen-Âge) -- il voit son entreprise exploser de toutes parts comme les bombes des deux dernières guerres qu'on découvre en creusant le sous-sol.



Un exemple: de la fin du XIXe siècle aux années 1970 plus de 150'000 enfants amérindiens, métis et inuits canadiens ont été arrachés à leur famille et leur culture, placés de force dans des institutions catholiques où nombre d'entre eux ont été abusés, victimes de violences et d'abus sexuels. Un autre exemple: l'omerta d'une grande partie de la hiérarchie catholique du Chili où environ 80 membres du clergé ont été impliqués dans une série d'abus sexuels ces dernières années; et le pape défendant avec force un évêque soupçonné d'avoir caché de nombreux actes pédophiles ou pédérastiques...



Nous côtoyons tous les jours des jeunes hommes déjà douloureusement marqués pas la vie. Cela ne se voit pas au premier regard -- surtout si nos yeux sont allumés par une curiosité sexuelle. Ces gars que nous croisons, réfugiés ou concitoyens dans la difficulté, ne demandent qu'une oreille attentive, compréhensive. Et peut-être un peu d'argent pour passer la nuit dans un refuge plutôt que sur la rue. Sinon un conseil, un accueil. Mais s'il-vous-plaît, laissez tomber votre intérêt personnel, le calcul que, peut-être, vous serez récompensé physiquement de votre "bonne action". Mettez-vous à la place du gars. Il ne cherche pas un abuseur de plus. Mais la possibilité de croire en la vie.

André




















2 commentaires:

Xersex a dit…

sexy images!
bonne dimanche

Anonyme a dit…

Your words about abused and humiliated adolescents hit hard my heart.