mercredi 6 mai 2020

Les dangers et défis qui attendent les gays après le confinement




Un membre du gouvernement russe se vante devant ses copains d'avoir pu enfin acheter des tas de tests. L'un des auditeurs lui rétorque: "D'accord, mais ce sont des tests de grossesse..." Il répond: "C'est tout ce qu'il y avait." Cette blague fait le tour de Moscou, alors que la Russie connaît la plus rapide progression de la pandémie en Europe. Au palmarès mondial, elle est deuxième derrière les États-Unis. Près de la capitale, le Ministère de la Défense prévoyait d'inaugurer aujourd'hui une gigantesque cathédrale orthodoxe dédiée à l'armée (ce n'est pas une plaisanterie). Mais, petit couac, une mosaïque représentant Joseph Staline a été jugée choquante par de nombreux orthodoxes. Le dictateur soviétique a fait exécuter des millions de personnes -- certains articulent 20 millions --, dont beaucoup de membres du clergé et de fidèles. Une autre mosaïque de ce sanctuaire représente Vladimir Poutine entouré de dirigeants militaires et de chefs des services secrets.








Aux États-Unis, ce n'est plus la pomme, mais le serpent qu'Ève tend à Adam. De nombreux pasteurs évangéliques ont refusé de se conformer aux normes de confinement et continué à ouvrir leurs églises le dimanche, prétendant que Dieu protégerait les vrais croyants. Plus de trente ministres du culte sont déjà morts. En fait, ils ne voulaient pas se priver du produit de la quête hebdomadaire.







D'autres rebelles ricains se battent pour l'arrêt du confinement et incitent les citoyens à descendre dans la rue. Membres du lobby pro-armes, activistes blancs racistes, affiliés aux groupes d'extrême droite nazis, ils proclament que le virus est une conspiration des gauchistes. Ils sont soutenus en cela par un politicien californien qui a publié un message sur Facebook déclarant que le virus est comme un feu de forêt qui brûlerait les vieux arbres et les branchages secs. Bien sûr, affirme-t-il, il y aurait de nombreuses morts et nous perdrions beaucoup de seniors, ce qui allégerait les charges de la santé et de notre Sécurité Sociale, elle aussi en voie de disparition. Nous perdrions également une importante part de la population qui souffre de faiblesses immunitaires. Cela libérerait des places de travail et des logements dont nous avons grand besoin.


Le New York Times a pu se procurer des documents que la Maison Blanche tenait secrets. Ils concernent la relance immédiate de l'économie alors que l'on prévoit actuellement une accélération du nombre quotidien des morts qui pourrait doubler. Cela rappelle la montée du nazisme en Allemagne. Les autorités avaient commencé par la liquidation des personnes les plus vulnérables, handicapés physiques et mentaux, les "bouches inutiles". Puis peu à peu, ce fut le tour des tziganes, des homosexuels et finalement des Juifs. Aux États-Unis, l'élimination a commencé avec la présidence de Trump. Visés en premier: les réfugiés venant du sud, leurs enfants séparés des parents, leurs malades que l'on laisse périr. Puis la population noire qui, à cause de ses mauvaises conditions d'existence, ne bénéficie pas de la santé et des soins dispensés aux personnes bénéficiant de bons salaires et d'une assurance. Ce pays n'a pas encore réglé son problème vis-à-vis des descendants d'esclaves.



Dans la catégorie des héritages toxiques non résolus, parlons de l'Italie qui ne s'est pas encore libérée de l'hégémonie du Vatican, ni des mafias. Une intoxication qu'elle perpétue de siècle en siècle, comme le racisme aux USA, et qui l'empêche de se purifier de l'empreinte du fascisme, ni de profiter de la créativité de sa population. Les États-Unis s'enfoncent actuellement sous l'influence des idéologies extrémistes -- catholiques et évangéliques. Ces gens voient en leur président un envoyé de Dieu qui va favoriser leur projet de créer un empire intégriste pratiquant la "liberté religieuse". Liberté pour eux de renvoyer les femmes au foyer, d'interdire l'éducation sexuelle et l'avortement, de supprimer l'égalité des droits récemment adoptés envers les LGBT, de déclasser les minorités raciales.



Alors, les jeunes, c'est le dernier moment pour vous réveiller si vous désirez voir vos enfants grandir dans un pays qui leur offre un système scolaire amélioré, une filière d'apprentissage honorable, éventuellement des études universitaires dont ils ne devront pas rembourser les traites toute leur vie. À moins que la pollution ne les tue avant.


Et vous les gays, jeunes ou moins jeunes, qui disposez de temps pour réfléchir et entrer en action, comment allez-vous prendre en main votre destin et celui de vos concitoyens, en vous engageant en politique locale, dans un volontariat envers des réfugiés pour les aider à s'intégrer, envers la jeunesse abandonnée à elle-même par des parents dépassés, ou pour accompagner les plus âgés dans leur quatrième âge ?


C'est le sida qui a popularisé la capote.

Rappelez-vous, ou si vous ne le savez pas demandez à l'un des aînés. Nous avons déjà traversé une pandémie durant laquelle nous nous sommes battus. Très seuls et méprisés d'abord, puis soutenus lorsque la majorité a découvert que nous n'étions pas les locataires d'une cage aux folles, mais des gars entreprenants et courageux apprenant à soutenir nos malades et nos mourants, capables de les pleurer, puis de consoler leurs familles qui les avaient abandonnés... Nous étions peut-être des tantes dilettantes, nous sommes devenus des ouvriers qualifiés, des guerriers de la meilleure espèce. Et beaucoup d'entre nous sont morts au champ de bataille. À vous, maintenant !

André










7 commentaires:

Xersex a dit…

t'es toujours très sage!

renepaulhenry a dit…

"Nous étions peut-être des tantes dilettantes, nous sommes devenus des ouvriers qualifiés, des guerriers de la meilleure espèce. Et beaucoup d'entre nous sont morts au champ de bataille. À vous, maintenant !"

Bien dit....!

Anonyme a dit…

Les personnes lgbt sont exclues du don de plasma dans les études pour trouver une solution contre le covid19. C'est le retour des lgbtphobies sur le don du sang.

Anonyme a dit…

Détecté dans du sperme, le coronavirus est-il une aussi une IST ?

Une équipe de chercheurs chinois a constaté que le sperme de plusieurs personnes ayant contracté le Covid-19 était positif au virus, y compris chez des patients en rémission, selon une étude publiée jeudi par la revue scientifique américaine Journal of American Medical Association. Des traces du virus covid19 ont déjà été détectées dans la salive, l'urine et les selles.

André a dit…

Oui Anonyme !

Même les plus jeunes parmi nous sont des personnes totalement "à risque"...

tipol a dit…

Merci André, de nous rappeler et faire savoir à ceux qui les ignorent, les génocides et exclusions qui ont "fait" le XXème siècle ! Que de drames humains qu'il ne faut jamais effacer des livres d'histoires ( pour autant qu'il en soit fait mention) afin de ne pas les recommencer ... Nous avons tous et toutes le devoir d'être très vigilant !

David Jean-Félix a dit…

Super article.