Affichage des articles dont le libellé est Nudité. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Nudité. Afficher tous les articles

samedi 20 octobre 2012

Le double défi posé aux jeunes mâles hétéros


 
Pendant que les ados gays font face au casse-tête de l'acceptation -- par soi-même, puis par l'entourage -- les jeunes hétéros se cherchent aussi: ils doivent s'affirmer auprès des filles tout en testant leur masculinité auprès des garçons. Une période traversée avec aisance si l'on a hérité des gènes du mâle alpha; pleine d'hésitation ou d'humiliations, en revanche, si l'on manque d'assurance et de patience. Que ne faut-il pas encaisser pour se faire accepter par la bande! Boire, gueuler, défier, participer à des jeux stupides et parfois dangereux pour s'affirmer "vrai mec" et éviter le quolibet de "tantouse". Parce que l'homosexualité est très présente dans leurs petits cerveaux: elle leur fait peur, elle les dégoûte, elle les attire.


Personne ne leur a appris à honorer l'homosensualité qui fait partie de leur nature et à la distinguer de l'orientation sexuelle. Nous avons tous besoin du compagnonnage des mecs pour booster notre virilité; besoin d'admirer des modèles, des chefs, des grands-frères; besoin de la fraternité d'un ami intime avec lequel on peut tout partager -- sauf l'amante dans leur cas. Mais regardez-les singer ceux qu'ils appellent les enculés lorsqu'ils ont bu! Regardez-les se foutre à poil, s'exhiber, frotter leur sexe contre les copains, se déguiser en femme, participer à des concours de pisse. Tout cela fait partie des tâtonnements du jeune mâle qui apprend à vivre avec ses caractères sexuels primaires et secondaires -- si petits... et pourtant tellement envahissants.



Lorsque j'étais au collège, vers dix-onze ans, les cours de Morale nous étaient donnés par un professeur de théologie retraité, moche et décrépi qui fantasmait à haute voix en décrivant le camp de vacances sous tente et nudiste qu'il allait organiser pour nous. Je n'avais jamais été prévenu sur les visées des vilains messieurs envers les gamins, mais je pigeais que le stage serait savonneux, glissant. De son côté, l'enseignant qui surveillait nos devoirs nous faisait subir des supplices pour le moindre bavardage: par exemple se rendre à quatre pattes jusqu'au tableau noir et lécher la craie. Le regard perçant, insistant de ce bel homme nous faisait comprendre qu'il était plus dangereux que ses sévices ne le laissaient entrevoir.

Ce qui nous manque, à presque tous durant la jeunesse, ce sont des modèles, des pères, des oncles, des grands-pères, des confesseurs, des maîtres prêts à nous accompagner et nous faire entrevoir les voies qui s'offrent à nous. Sans abuser de leur autorité, ni de notre crédulité, ni de notre sexualité.

André



vendredi 11 mars 2011

Le soleil, le corps offert et la magie de l'eau

Après trois mois de privation, j'ai terriblement besoin de retourner au bord du lac aujourd'hui, de me mettre à poil, m'exposer au soleil et nager si j'en ai le courage. En cherchant une idée pour rédiger ces lignes, j'ai googlelisé pouvoir de l'eau et suis tombé sur des histoires de goutte et de réincarnation!

Le professeur Masaru Emoto mène depuis longtemps des études sur les pouvoirs de l'eau avec des chercheurs de plusieurs disciplines. Qu'il s'agisse de perspectives scientifiques, curatives, mythologiques ou spirituelles, les informations, révélations ou utopies (?) qu'ils publient ouvrent des perspectives hallucinantes sur Le Pouvoir guérisseur de l'eau (Guy Tredaniel, éditeur).

La métempsychose (la transmigration de l'âme) tient une place centrale dans la pensée du bouddhisme et du shintoïsme. Cette idée de développement cyclique, écrit le professeur Masaru Emoto, peut parfaitement s'illustrer par la trajectoire de transformations que suit une goutte d'eau. Imaginons que cette goutte commence son existence en tant qu'eau, puis change de nature en s'évaporant. Elle est toujours de l'eau, mais différemment, et transporte en elle la même information. Admettons pour la démonstration que l'évaporation soit l'équivalent de la mort dans laquelle notre corps se dissout. Mais l'âme -- selon le bouddhisme et une certaine perception du christianisme -- transporte en elle les connaissances qu'elle a acquises durant la vie. Elle suit sa voie; et acquiert un peu de maturité (pour le bouddhisme) avant de retourner s'incarner sur terre.

Tandis que la goutte d'eau, qui s'est évaporée pour nous revenir en pluie, va s'infiltrer dans le sol. Puis elle remontera en surface après un long séjour dans une nappe souterraine. Et elle nous apportera de nouveau la vie.

Ce n'est qu'une des interprétations possibles de l'attirance magique, bénéfique, mystérieuse qu'exercent sur nous la rivière, le lac, l'océan. Et le côté sombre du passage par la mort peut aussi expliquer la peur que ressentent beaucoup de nageurs de ne plus toucher le fond.

André

dimanche 27 février 2011

Beefcake: la sexploitation des corps de mecs

Si vous n'avez jamais goûté de cheesecake, gâteau de fromage frais et gélatine sur fond de biscuit, vous connaissez pourtant l'autre sens de ce terme: photo de pin-up girl. L'équivalent au masculin est le beefcake. La recette est implicite dans les photos alentour.

Les deux genres sont apparus dès l'invention de la photographie il y a 170 ans. J'en parle souvent dans mes billets car chaque époque me fascine. Ici, nous sommes aux États-Unis, une centaine d'années plus tard. La couleur commence à s'imposer, avec les bleus intenses du Kodachrome et de l'Ektachrome, et les bronzages virant brique.

En Californie, à Chicago, à New York, des admirateurs de la plastique mâle se lancent dans l'industrie artisanale de la photo de nu ou presque nu. Ils vendent des fascicules noir/blanc et des tirages photo. Les jeunes musclors sont revêtus d'un cache-sexe mini. Sinon, on le peint sur la photo; ce qui laisse entendre aux amateurs prêts à y mettre les moyens qu'ils peuvent se procurer un "original".

Ce commerce vit de la vente par correspondance la plus discrète possible; et il emprunte les allures sportives du bodybuilding. Aux USA, toute pratique homosexuelle est interdite jusqu'en 1967 (elle a été dépénalisée en Suisse en 1942, en France en 1981). Et l'envoi de matériel "obscène" est dénoncé par la Poste américaine, réprimé par le FBI. Bob Mizer qui éditait la petite revue Athletic Model Guild -- avec des cache-sexes --, a pourtant passé six mois dans une ferme-prison de Californie en 1947. La Poste saisissait régulièrement les documents envoyés à l'Institute for Sex Research d'Alfred Kinsey. Une société "puritaine" ne conçoit pas qu'on "exploite" le corps masculin; alors qu'elle le pratique sans problème avec le féminin.

Pas besoin de cache-sexe.
Les gars qui posaient pour ces photos étaient recrutés dans les salles de culturisme et les bars. Beaucoup étaient soldats ou marins et arrondissaient leur pécule en acceptant des passes avec des homosexuels. Les photos créaient une demande. C'est ce qu'on appelle aujourd'hui gay for pay, gay pour de le fric. Cette posture mérite un billet. Une autre fois.

André

jeudi 9 septembre 2010

Le naturisme: "un très grand danger pour la culture"


La nudité en société a toujours été liée au plein-air et au sport, même si elle a traversé des périodes restrictives, allant de la séparation des sexes à l'interdiction totale. En Occident jusqu'au 18e siècle, les gens se baignaient nus dans les rivières et les lacs, en famille ou ségrégués suivant l'influence de la religion locale et des autorités. Puis au 19e, la nudité publique a commencé à choquer, sauf en Scandinavie, lointaine et peu peuplée. Une des raisons: la classe bourgeoise montante voulait montrer ses habits et son pouvoir d'achat.

En même temps, des apôtres comme l'Allemand Heinrich Pudor (cela ne s'invente pas!) promouvait la santé grâce aux rayons du soleil et à l'aération de la peau
(Luftbad) ou, comme Lord Monboddo la noble nudité à la manière de la Grèce antique. Pendant ce temps et jusqu'à récemment, les Japonais pratiquaient le bain communal mixte, au naturel et sans gêne aucune -- une tradition encore vivante près des sources chaudes et dans les villages les plus reculés.

La Freikörperkultur (FKK) a pris son essor au début du siècle dernier, dans un esprit sportif de joie partagée entre femmes et hommes, petits et grands; c'étaient des naturistes au plein sens du terme, mais pas forcément sectaires comme on les a connus plus tard dans leur camps retranchés
(pas d'alcool, pas de cibiche). Et le mouvement naturiste s'étendait aussi à la France, en moins sportif. La contre-offensive ne devait pas tarder. Elle vint d'abord des milieux conservateurs. Puis, dès 1933, Hitler interdit les organisations naturistes, à moins qu'elles ne s'affilient au mouvement nazi. C'est pourquoi les premiers jeux olympiques naturistes n'eurent pas lieu en Allemagne, mais en Suisse, au bord du lac de Neuchâtel en 1939, si je suis bien renseigné.

"Un des plus grands dangers pour la culture et
la moralité allemande réside dans le soi-disant mouvement naturiste. [... on doit] le condamner comme une erreur culturelle. La nudité tue la pudeur naturelle des femmes; elle rend les hommes moins respectueux et détruit en cela les bases d'une vraie culture. Nous attendons des autorités policières qu'elles soutiennent les forces spirituelles qui émanent du mouvement national en prenant les mesures nécessaires pour éliminer cette soi-disant culture naturiste." Hermann Göring, 1933.

Après la guerre, les disciples de Göring ont immigré en Pologne, en Suisse et aux États-Unis.

Ulysse

mardi 22 juin 2010

Les naga baba: ces clochards célestes et nus


Dans l'un des textes religieux les plus anciens de l'Inde, datant d'il y a trois à quatre millénaires, on trouve déjà la mention de ces ascètes itinérants qui vivent aujourd'hui encore dépouillés de tout, y compris des vêtements. Leur nudité reflète une renonciation totale aux biens de ce monde. Comment, dit un passage des Écrits, pourrait-on prétendre au plus haut degré d'initiation spirituelle et cacher son lingam (pénis) qui symbolise la nature du dieu Shiva? La nudité était encore largement pratiquée à l'époque du Gautama (Bouddha) qui serait demeuré nu jusqu'à sa mort.
A l'origine,
une secte guerrière.

Les naga baba (frères nus) partagent avec leurs collègues vêtus des pratiques religieuses comportant le yoga (qui rapproche l'âme du corps, ou le contraire), le contrôle du souffle, l'abstinence sexuelle (pour canaliser cette énergie vers le spirituel), la méditation, et différentes formes de mortifications dont celle du pénis (allongé par des poids,
enroulé autour de la taille, transpercé...). Certains fument du hasch pour dépasser l'illusion de la dualité!! Ils frottent aussi leur peau de cendre, recueillie si possible dans les lieux de crémation, afin de mieux brûler leur ego.
Mortification
du pénis.

Oublions ce que la nudité représente pour nous: soleil, mer, vacances et
partouze du club Merdre après un dîner arrosé... Les naga baba sont convaincus que lorsqu'on a dépassé la conscience de sa propre nudité, et du lien qu'établissent certains entre naturisme et sexualité, on entre dans une dimension spirituelle d'union avec la divinité. L'homme nu et dépouillé de toute possession vit en harmonie avec son environnement naturel; le vêtement qui y faisait barrière est tombé. La peau, autre barrière d'avec l'infini, devient vêtement céleste. Nous ne sommes plus des corps, alors pourquoi les cacher?

Ulysse

mercredi 9 juin 2010

Vacances: bains, bouffes et baises? -- Ou temps d'apesanteur?

*


A
péro. Apesanteur. Auto. Avion. Baise. Bateau. Bière. Bite. Boîte à outil. Brunch. Canoe. Capotes. Carte de crédit. Cartes postales. Casquettes. Chambres d'hôtel. Chantiers.
Chapeau. Chat. Chez l'habitant. Clair de lune. Cockrings. Costumes. Crème solaire. Couilles. Coups de soleil. Cul. Disco. Douche. Drague. Eau. Fesses-book. Flirt. Foot. Foutre. Friches industrielles. Fruits. Fruits de mer. Fêtes. Godes. Hôtel. Internet. Jardins. Jeans. Jock-straps. Lac. Lavabo. Légumes. Lits. Livres. Mer. Maillots de bain. ditation. Moto. Musées. Musique. Orgie. Parasol. Parapluie. Parcs. Passeport. Pension. Petite bouffe. Pipes. Piques-niques. Pissoir. Plein air. Poisson. Randonnées. Rencontres. Repas. Repos. Rivières. Salades. Salles de bain. Serviettes de bain. Shorts. Siestes. Silence. Slips. Sperme. Sport. String. Survêt. Tableau de chasse. Tasses. Tellement de mecs et seulement quinze jours. Tennis. Toile. Toilettes. Vélo. Yoga. Zob.


Ulysse -- Photos empruntées à Balcon6, Stuttgart.

mardi 2 mars 2010

Tous nus, pour habiller l'opéra de Sydney


I
l a fallu un peu de temps au photographe Spencer Tunick -- qui avait rassemblé hier plus de 5000 figurants nus devant l'opéra de Sydney -- pour persuader les participantes et participants hétéros d'enlacer les personnes lesbiennes et gay, et vice-versa. "Aussi ai-je été heureux de constater, dans la dernière série de prises de vues, que tout le monde s'était rapproché et échangeait un bisou amical ou un baiser d'amoureux devant cette splendide structure architecturale." L'évènement marquait le début des festivités gay et lesbiennes du Carnaval ("Mardi Gras") de Sydney qui se termineront samedi par une grand
e parade. C'est l'évènement le plus prisé de la planète gay, des touristes du monde entier et de toutes orientations s'y retrouvent.

Art Rush, un étudiant de 19 ans, qui appréhendait le moment où il devrait se déshabiller au milieu de cette foule, a déclaré: "Je n'aurai plus jamais l'occasion de participer à une expérience aussi extraordinaire, alors je n'allais pas faire le prude. Du reste, ça n'est pas du tout sexuel; c'est tribal, un rassemblement humain." L'ensemble des poses dirigées par Spencer Tunick a duré un peu plus d'une heure.

Aucune de ces photos
n'est signée Spencer Tunick.

Dans le Guardian (G.-B.), Jonathan Jones rappelle que Michel-Ange, par exemple, recourait aussi à la nudité pour raconter sa vision de la bible sur les parois et le plafond de la chapelle Sixtine. En août 1510 -- il y a 500 ans! -- il avait terminé de peindre la première moitié de la voûte. Au bord des scènes représentant des épisodes de la Genèse, il avait ajouté de jeunes hommes sculpturaux, dévêtus comme l'Adam vers lequel le Créateur pointe son index. On les appelle les Nus (Ignudi), cela leur donne une contenance, mais n'explique pas leur apparentement religieux...

Qu'en est-il des Nus entourant Spencer Tunick? Dépassé le frisson moral
(et sexuel chez Michel-Ange), il faut bien reconnaître que c'est la manière la plus picturale de célébrer la vulnérabilité humaine, en même temps que son universalité (la foule, photographiée sur plusieurs continents), sans blabla ni faux-semblant. J'y ajoute: la modestie que confère la liberté, puisqu'on a laissé les soutiens-gorge et les falzars au vestiaire. C'est pourquoi il faudra encore attendre avant de pouvoir contempler les statues de nos bien-aimés politiciens et banquiers, intègres et nus.

Ulysse

samedi 9 janvier 2010

L'outrage à la pudeur hivernale




L'
hiver, dit-on, serait la saison de la pudeur. Parce que pudeur rimerait avec rigueur du climat et des moeurs?
Pas pour tout le monde, heureusement! Braver le froid sans protection, carrément à poil, par plaisir de s'enhardir en nageant, en skiant, en se roulant dans la neige sous le regard sceptique des badauds, c'est tester son corps, lui offrir des impressions fortes et... fortifiantes. C'est provoquer ses réactions d'alerte qui stimulent la production des drogues internes. Pas besoin de taffe pour se défoncer dans la nature.

Bulgarie: bain glacé pour la fête de l'Épiphanie.
Habillé, on ressent encore plus le froid. (Reuters.)

Au risque d'offenser votre pudeur, je trouve que la retenue naturelle ou feinte d'une femme peut être excitante, mais elle est ridicule chez un homme. D'accord, la pudeur des sentiments peut émouvoir la copine! Mais la honte du corps qui s'exprime par la danse de la serviette éponge dans un vestiaire, c'est grotesque! D'où vient le problème? 1) Pauvre image du corps, pas assez musclé, pas assez membré. 2) Fils élevé uniquement par sa mère féministe: les hommes sont des animaux qu'il faut civiliser. 3) Enfant qu'on a humilié en se moquant de son corps ou en le menaçant de lui couper le zizi. 4) Adulte terrifié par la présence médiatique des homosexuels (avant, nous n'existions pas) qui vont se jeter sur lui, pauvre chéri. 5) Type qui ne supporte pas qu'on le jauge (comparer, c'est autant hétéro que pédé) comme lui évalue et déshabille les femmes qu'il croise? Faites votre liste...

Entre deux saunas.

Le Kremlin et la Muraille de Chine(!)
au Festival annuel de sculptures sur glace de Harbin. (Reuters.)
Chaque mec est unique. Mais nos corps se ressemblent passablement. Alors, où placer la pudeur? Du côté du corps, ou du côté du coeur? Si je nage ou je skie à poil, c'est pour mon propre bonheur, pas pour quémander votre approbation. Cela vous dérange? Détournez le regard! Surtout, n'invoquez pas les enfants: ils sont naturellement exhibitionnistes; et si vous les réprimandez, vous en ferez des pervers. Compris?

Ulysse

lundi 11 mai 2009

Pourquoi cette honte de la nudité?




C'est un rêve courant: vous vous trouvez nu/e comme un ver au milieu de personnes habillées, exposé/e à leurs regards et ce sont des collègues de travail. Rêve qui ferait bander un exhibitionniste, mais plus vraisemblablement cauchemar... D'où vient cette honte? Selon le livre de la Genèse, le serpent qui a tenté Ève était nu, lui aussi. Et les yeux d'Ève et Adam se sont dessillés lorsqu'ils ont croqué le fruit de la connaissance: ils ont pris conscience de leur nudité... Le récit correspond aux observations actuelles: lorsqu'un jeune humain devient sexuellement intéressant dans son groupe, il perd sa candeur et acquiert ce qu'on appelle la pudeur. Ses parents l'y poussent. Pourquoi?

Nos lointains ancêtres vivaient au naturel, ou presque, et se vêtaient uniquement pour se protéger contre les éléments extérieurs. Puis est venue l'idée que le corps nu envoyait des signaux sexuels qui mettaient en péril la sta
bilité (ou la possessivité) au sein du couple. La honte/pudeur serait donc une émotion destinée à renforcer la monogamie. Émotion acquise dont on peut se délivrer en la dissociant de la sexualité. D'autant plus que le vêtement est souvent conçu pour attirer le regard plutôt que couvrir le corps.

"Je veux pouvoir décider quand mon corps est sexuel ou non", disent les femme
s en quête de liberté. Par exemple, pouvoir bronzer et nager torse nu, "comme vous les hommes". La nudité masculine totale revendique la même latitude. Notamment au sujet des érections qui se produisent inopinément et qu'on interprète trop souvent comme de la provocation. La petite tête ne pense pas qu'au viol; elle peut se redresser par curiosité, par lassitude ou ennui, au milieu d'une digestion, d'une sieste, d'une oraison, ou simplement parce qu'elle se sent bien et vérifie (c'est une manie) si elle est toujours en état de fonctionner.

Quel bonheur de vivre nu au soleil, de jardiner, de nager ou marcher et sentir les mouvements de l'eau, du vent sur le corps entier, libéré des ceintures, élastiques et moule-burnes! Et si les randonneurs ont été chassés des cimes appenzelloises, il leur reste heureusement beaucoup d'autres paradis, secrets ou ouverts, où se libérer des contraintes du textile et de la fausse pudeur.

Ulysse -- Photos: Wadi Mudjib (Vivre nu.com); Spencer Tunick réunit 600 personnes au glacier d'Aletsch (photo Kris Rotsaert); le monde à l'envers (www.blognaturiste.com/melchnate).

jeudi 19 février 2009

Au secours, Darwin! l'animalité humaine dérange...



K
atharina Bosse expose et s'expose à la galerie parisienne Anne Barrault. Les lectrices et lecteurs du blogue Zoumzoum [cliquez pour voir plus de photos] n'apprécient pas -- comment dire? -- ce naturalisme, cette représentation sans apprêt de la nature humaine allaitante, évoquant la louve romaine. Née en Finlande il y a quarante ans, élevée en Allemagne, la photographe vit et enseigne à Bielefeld. Elle est connue pour sa série consacrée aux danseuses des
théâtres de variétés dits Burlesques [ci-dessous], un genre de strip américain parodique et volontairement vulgaire. L'an dernier, elle a obtenu une mention du jury au Grand Prix de Photographie de Vevey. Depuis quatre ans, Katharina Bosse se met elle-même en scène, nue ou presque, avec l'un ou l'autre de ses deux enfants. Elle expose actuellement la série sous le titre A Portrait of the Artist as a Young Mother.

Et voilà, deux jours après parution, quelques commentaires critiques sous l'article de Zoumzoum ont disparu... Du genre: "Pour se faire remarquer, il faut montrer son cul..." "Inutile, inesthétique, presque vulgaire..." "C'est juste un déballage insipide de chairs..." Les photos de Mme Bosse se rangent-elles dans la catégories des Beaux-Arts? Je ne suis pas juge. Elles m'apportent des témoignages sur la vie telle qu'elle est, avec ou sans glamour à trois balles. Son réalisme m'intéresse, rien de plus. En revanche, ses mises en scène de "l'artiste en jeune mère" me touchent par leur "genre d'engagement", selon un commentaire de Zoumzoum. Elles soulignent la part d'animalité [salut Darwin!] dans la maternité que les artistes et les magazines féminin préfèrent ignorer. Pensez aux madones des peintres; pensez aux ventres nus des futures mères mannequines ou chanteuses pop, beaux comme des oeufs de Pâques. On rencontre le même déni dans les scènes d'amour au cinéma: chastes et encadrées du plissé des draps. Peu de réalisateurs osent ou savent dépeindre la bestialité fumante d'une vraie bonne baise.

Katharina Bosse s'expliquait dans Die Welt am Sonntag du 11 janvier. "Pour moi, l'expérience de la maternité était entourée de non-dits. Ce fut l'événement le plus bouleversant de ma vie: comme d'entrer dans un pays nouveau, sans retour possible. Ce thème qui tient une telle place dans la vie d'une femme n'est pourtant pas souvent abordé. Au cours de mon éducation, j'ai été préparée à toutes sortes de situations, mais tout ce qui touchait à la maternité est demeuré une énigme. Il fallait que je m'attaque à ce sujet..."

Ulysse

samedi 14 février 2009

St-Valentin: la vie des célibataires est un chemin de misère


M
ais oui, il y a des gars dans ce bas monde à qui sont refusés la fiert
é et le bonheur de repasser la lessive d'une grande et belle famille. Des gars qui ne ronflent pour presque personne. Et personne ne ronfle non plus pour eux. En tous cas pas toutes les nuits.


















Des gars qui doivent décider eux-même ce qu'ils prépareront ce soir à dîner. Et qui sont obligés d'inviter les copains pour manger le poisson qu'ils ont pêché peinard et en abondance...


















A
dressez une petit pen
sée de compassion à ces solitaires, alors que vous célébrez la St-Valentin chaleureusement entouré/e de tous ceux que vous ne pouvez plus supporter!













Ulysse
-- Photos empruntées à Hommes naturistes du Toulousain Mcnat31.

mardi 7 octobre 2008

Pour les Kiwis, cette journée est un peu comme Noël



"Dissimulés au fin fond de la terre (c'est ce que nous aimons) nous, les Kiwis, avons caché un secret. Comme des gamins avant Noël, nous comptons les jours... et quand enfin elle arrive, ohhh lorsqu'elle arrive nous l'embrassons, l'âme libérée, de la seule manière que nous connaissions: nus." Et qui est-elle? La Journée nationale de la nudité que les Néo-Zélandais célèbrent le 19 septembre.

La presse locale est pleine des exploits, personnels ou en groupe, des femmes et des hommes qui se sont manifestés en costume d'Éve on d'Adam ce jour-là. Par exemple des équipes de rugby. (Quant à eux,
les All Blacks jouent à poil chaque année sur la plage de Dunedin, mais au milieu de l'hiver, en juillet.) Ou ce jeune vendeur dans un supermarché à Christchurch, Ryan Mornin. Son gérant a déclaré qu'il était le seul de son équipe de douze bouchers à en avoir assez pour jouer le jeu. Paraît que les clientes et les collègues ne se sont pas privés de plaisanteries, partant des pâtés maison (beefcake) pour aboutir aux saucisses (te trompe pas de morceau!); pourtant Mornin a toujours gardé son tablier et le sourire, même lorsqu'il est sorti faire un tour des commerçants du quartier pendant la pause. Sorry mesdames et messieurs, les belles cuisses de Ryan et tout le reste de la garniture sont déjà réservés (he is spoken for)!

Puisque cette manifestation est devenue si importante pour eux ("It's about nude, not lewd. It's about having fun... with your clothes off"), les organisateurs ont lancé le Word Nude Day, un équivalent mondial, qui se tiendra le 6 février prochain. Ils proposent un concours de vidéos dont on peut déjà voir les premières participations sur leur site www.worldnudeday.com. "Cela vous étonne?" demande une participante qui s'empresse d'ajouter: "La majorité des adultes et la plupart des enfants savent comment est fait le sexe opposé!" Autre témoignage: "Quand je suis à poil, mon stress diminue. Habillé, j'ai tendance à répondre agressivement lorsque les gens me font des remarques blessantes. Nu, je suis plus détendu (sans blague) et je me conduis comme un homme civilisé!" Ah! le sentiment de claustration et la claustrophobie qu'entraîne le port de vêtements pas assez amples; il mériteraient une étude sérieuse sur un large échantillon. Pour sourire: voir les vidéos. Par exemple celle des joueurs de golf dans une base de l'Antarctique, de leur balle qui atterrit au fond d'un trou dans la glace et de ce qui s'ensuit.

|| Ulysse