mardi 12 décembre 2017

Célébrons la prestance, la majesté et la splendeur des mecs Noirs











Le chanteur-compositeur américain Brian McKnight, 48 ans, maîtrise à merveille huit instruments de musique ainsi qu'un neuvième: les émotions de son public avec lequel il joue en virtuose. La vidéo foireuse ci-dessus, tournée par un amateur, le prouve à partir de 1:00. Le falsetto de Brian et son belting, sa façon de pousser une gueulante, sont sa signature personnelle. Comme beaucoup de Noirs aux États-Unis, il a entamé sa carrière musicale très jeune en chantant en quatuor à l'église avec ses frères. "La musique du dimanche m'enchantait, dit-il, mais c'est le jazz qui m'inspire."



















Cette chanson douce-amère reflète l'humeur dans laquelle je me trouve actuellement, inspirée par mes rêves ces dernières nuits qui éclairent certains aspects mystérieux de la disparition tragique des deux compagnons que j'ai tant aimés -- que j'aime toujours, malgré le temps qui a passé. Certes, les blessures se sont refermées, mais les cicatrices et des questions demeurent. -- André













5 commentaires:

Francky a dit…

Très belle série.... Merci de te confier ainsi à nous

bisous

renepaulhenry a dit…

Oui, ils sont magnifiques....

Anonyme a dit…

Ils sont loin de ressembler aux mecs que l'on croise dans la rue.

estèf a dit…

Une bien belle série !
PS : mais si, on en croise bien de tels dans la rue.

Xersex a dit…

les cicatrices deviendront un jour des souvenirs doux et amers!