mercredi 3 mars 2021

Peyo, l'étalon artiste et thérapeute avec Hassen, son entraîneur


Hassen Bouchakour et Peyo.


Les mêmes dans un exercice d'acrobatie.

La rencontre entre Hassen Bouchakour et l'étalon Peyo remonte à 2011. Tous deux possèdent un caractère bien trempé, l'homme en tant qu'artiste équestre, et le cheval qui ne se laisse pas dominer par n'importe qui. Il leur a fallu plusieurs années pour qu'ils se comprennent et s'adoptent, chacun avec ses talents cachés et ses faiblesses. Le déclic s'est produit lorsque Bouchakour a découvert que les personnes auprès desquelles Peyo s'approchait après le spectacle étaient des êtres affectés par une santé physique ou psychique déficiente, des enfants souffrant d'une grave maladie, des seniors en fin d'existence avec tout ce que cela implique.




Ils ont consacré quatre années à développer leur nouvelle vocation dans plusieurs domaines, notamment le cancer des enfants, les soins palliatifs, la gériatrie et l'approche de la mort, la maladie d'Alzheimer. Avec des préparations mentales et physiques très détaillées pour coordonner l'action d'un humain et d'un cheval dans des lieux demandant une hygiène impeccable. Lorsqu'on introduit un étalon dans un hôpital, il faut le désinfecter de la crinière aux sabots; l'habituer à entrer dans des locaux étranges; à prendre l'ascenseur; à reculer pour sortir d'une chambre exiguë. Et à s'approcher délicatement d'une personne très âgée, peut-être inanimée.




Dans sa capacité de thérapeute, Peyo choisit lui-même de s'approcher des personnes qui ont besoin de son attention. Auprès d'elles, l'étalon fougueux devient attentif et empathique. Avec sa capacité de télépathie, il détecte les souffrances, les tumeurs, des personnes qui ne se s'expriment plus et qui à son contact retrouvent un peu la parole, des souvenirs, voire la possibilité de faire quelques pas. Peyo se souvient des patients qu'il a soignés et retrouve instinctivement leur chambre longtemps après sa précédente visite. Révolues les années de compétions équestres et de spectacles d'acrobatie. L'artiste et son étalon se sont définitivement convertis à une activité thérapeutique qui demande une singulière discipline. Par exemple, que Peyo apprenne à contrôler son sphincter pour ne crotter qu'en dehors des bâtiments hospitaliers.










Nous avons toutes et tous avons besoin les unes et uns des autres. Je l'ai toujours su, sans m'en rendre compte, parce que cela faisait partie de l'exemple que mes parents nous donnaient à nous leurs cinq enfants. Les quatre autres, filles et garçon, sont devenus des parents avec les responsabilités que cela implique. De plus, elles/il ont exercé des activités professionnelles utiles à la société: dans l'enseignement, la médecine et la psychologie. Je n'ai pas choisi les métiers que j'ai exercés. Eux sont venus à moi. J'ai été journaliste, puis chargé de relations publiques. Avec quelques intérims d'accompagnateur de touristes qui m'ont permis de voyager dans cinq continents. C'est hors de mon temps de travail que j'ai pu contribuer à l'évolution de la société en m'engageant entièrement dans les luttes des groupes homosexuels. Et personne, au début des années 1970, n'aurait imaginé combien la situation allait évoluer dans nos pays privilégiés.



Le temple des tigres en Thaïlande.

Avec la vision écosystémique d'aujourd'hui, nous avons évolué dans notre manière de sauver l'avenir de la planète. Nous ne cherchons plus à lutter contre une seule cause de tragédie -- par exemple l'homophobie qui foutait en l'air notre existence. Nous pouvons nous enrôler dans une ou plusieurs actions provoquant des prises de conscience bénéfiques à toute la société. C'est la convergence des engagements qui nous enrichit et nous libère de la stigmatisation d'antan. Notre situation au sein de la communauté LGBTQ+ nous permet désormais de rayonner aussi parmi de plus larges environnements. C'est un privilège de pouvoir le faire sans risquer les harcèlement d'antan. Nous sommes acceptés comme des êtres humains à part entière et rien ne nous empêche de développer nos qualités intuitives pour nous approcher des plus faibles. Afin de les soutenir et de les éveiller comme le fait l'étalon Peyo.

André




Art khmer.



L'acteur britannique Daniel Radcliffe.














Ceux qui désirent explorer plus avant le travail thérapeutique des deux compères trouveront de nombreuses vidéos sur Youtube, notamment sur l'association Les Sabots du Coeur qu'ils ont fondée.









vendredi 26 février 2021

En attendant la prochaine réouverture des musées


Albrecht Dürer.



Salvo Minuti: Todo penes !

"Il en est de certaines caves comme des musées. On souhaiterait de s'y laisser enfermer après l'heure; d'entendre claquer la serrure et s'éloigner les pas du gardien pour surprendre les conciliabules de la nuit." Pierre Veilletet.

Kaws.


Cacho Falco.


"Pourquoi construire des déchetteries quand les musées d'art contemporain font l'affaire ?"
Anonyme (pas courageux). 

Pedro Luz: Natural.


Marc Quinn.

"Donnez-moi un musée et je le remplirai." Pablo Picasso.

Antony Gormley: The last dodo.


Brian Kenny: I dreamed of a kiss.
.
"En France, on fait de grands musées, pas de grands projets." François Guiter.

Ian Darenport.

"L'Académie française est une sorte de musée, mais de personnages encore en vie." Pierre Mille.

Chloe Rosser: Do you feel yourself different ?


Tracey Emin.

"Le musée, c'est l'équivalent de la retraite des vieux pour les oeuvres d'art." Louis Pons.

Mathieu Wermert.


Alvaro Degregorio.


Francis Cohurst.

"Les musées d'art de Paris contiennent les plus belles collections
de cadres jamais vues." Humphrey Davy.

Duane Michals.

"Je suis las des musées, cimetières des arts." Alphonse de Lamartine.

Lee Wan.


Charles Demuth: Three sailors.

"Les musées ? Des prisons où les oeuvres d'art sont incarcérées pour l'éternité. Leur gloire et leur conservation sont assurées, mais leur carrière est terminée." Madeleine Vaillancourt.

Iberê Camargo.



Ernesto Neto.



Alice Neel (1900-1984): Joe Gould.




Pour faire un beau voyage, coupez le son et les sous-titres.










dimanche 21 février 2021

L'importance d'un beau torse dans la vie d'un mâle (et d'un vaccin)


Le Premier ministre grec donne l'exemple.


Et le ministre français de la santé aussi.



Plus tôt tu mourras, plus longue sera ta mort... alors vaccin !








En quoi consiste la beauté virile qui nous émeut au premier coup d'oeil ? Des épaules larges, un torse musclé, une toison qui prouve que le mec a atteint l'âge adulte ? Et un regard chaleureux ! Ce qui suffisait pour qu'un gars se sente le seigneur de la création, soit son service trois-pièces, a perdu de son importance depuis que les femmes ont enfin gagné leur droit à l'égalité sur cette terre. Alors nous nous demandons avec crainte si nous mâles avons perdu notre place au premier rang... Nous cherchons à comprendre ce qui fait qu'un homme est un homme. La réponse qu'on nous donne, certains d'entre nous ne la comprennent pas. C'est: prends soin de ton corps et de ton âme, développe ton intelligence et ta sensibilité, prends conscience de tes forces et de tes faiblesses, amplifie ce que tu peux, aime-toi suffisamment pour apprécier la compagnie des autres à leur juste valeur. C'est ce que la société attend du nouvel homo sapiens.                                                                                                     André




















































Dépêche, le printemps arrive !