dimanche 5 juillet 2020

Le massage fraternel -- intégral, intuitif, relaxant et rassembleur




Les études sur le développement de l'être humain démontrent l'importance du toucher harmonieux à chaque étape de la vie. Sans cette stimulation le cerveau du tout petit enfant ne peut pas se développer. À l'âge adulte, c'est tout le rayonnement des relations humaines qui se nourrit de la communication tactile. Ce que j'entends par massage fraternel, c'est l'échange entre deux gars qui désirent cultiver et approfondir le lien qui les unit. Qu'ils soient amants, potes, frères, père et fils adulte, copains sportifs voire associés en affaires ou même l'un gay et l'autre hétéro. Il ne s'agit donc pas d'un massage-tripotage, à moins qu'il n'évolue paisiblement du mode décontracté à un rythme plus sensuel...





Un massage rééquilibrant partagé -- à chacun son tour de s'abandonner aux effleurages et pétrissages de l'autre -- si il est administré avec attention, ne manquera pas d'affiner le feeling intuitif entre les deux partenaires. Ou de les réconcilier aprés des explications orageuses. C'est pourquoi je mentionne la possibilité de le faire entre associés, entre membres d'une équipe sportive, entre musiciens engagés dans un orchestre, entre acteurs d'une même troupe. Ces professions rassemblent des personnalités à caractères bien arrêtés.



Certains gars acceptent difficilement le contact de peau à peau du massage fraternel parce qu'ils sont inhibés par une éducation puritaine. Le plaisir qu'il procure est trop proche d'une sexualité redoutée, pensent-ils. Et les LGBT qui ont vécu dans la crainte d'être découverts sont paradoxalement enclins à ignorer ce type de douce sensualité. Après leur sortie du placard, ils ont tendance à se jeter dans une gymnastique sexuelle intense et précipitée "pour profiter de la vie". Or le massage fraternel peut nous aider à nous débarrasser d'une homophobie internalisée. Et il ne nous empêche pas de connaître une sexualité très virile -- doublement virile !




En tant que mecs, après notre apprentissage professionnel ou nos études, nous sommes doués en toutes sortes de techniques et de savoirs utiles à la société. Et nos hobbys nous développent aussi. Mais nous sommes peu nombreux à avoir tenu dans nos bras un bébé qui vient de naître. Petite créature qui nous apprendra l'art du toucher, de la câlinerie et de la consolation en se faisant serrer dans nos bras. Il nous manque donc un enseignement vital: celui de partager un plaisir subtil avec un être humain. Je dis bien partager, parce que le bébé est maître en ce domaine. D'instinct, il donne autant qu'il reçoit.




Christophe Dacier: stage au masculin pluriel de l'apprentissage du massage cachemiry.



Après mai 68, une partie de la jeunesse s'est libérée de la société régulatrice au sein de laquelle elle avait été élevée (oui, c'était bien de l'élevage) et a découvert comment intégrer son corps dans les activités artistiques et spirituelles. Fini le frotti-frotta du dancing; que vivent les chorégraphies personnelles, la musique qui vous remue les tripes et les trips qui vous emmènent dans d'autres mondes... Je n'ai jamais consommé de drogues, mais ai suivi toutes sortes d'ateliers et de stages de massage. D'abord dans des groupes où les hétéros détenaient la majorité, puis dans des milieux où les différences d'orientation sexuelle étaient considérées comme un enrichissement.



J'ai posé mes mains sur des femmes, des hommes hétéros et des gars gays ou bisexuels. Peu à peu, j'ai découvert la sagesse intuitive logée dans mon être et dans les corps de celles et ceux que je massais. (Cette connaissance instinctive dirige les animaux et les conditionne à suivre l'exemple de leurs aînés.) Mon Esprit allié (dans l'autre monde) me conduisait vers des maîtres qui ont accepté que je ne suive pas leur enseignement à la lettre, mais que je développe mes énergies magnétiques. Le massage fraternel ne demande pas beaucoup de connaissances. Youtube est riche en démonstrations de base.







Pour acquérir l'expérience d'Aliam Rizzi (vidéo ci-dessus), il faut consacrer du temps au développement de la méditation personnelle et à l'approche tantrique. Mais quels bénéfices pour le corps et l'âme ! Aliam (www.aliamrizzi.net/accueil) est d'origine berbère. La spiritualité, dit-il, fait partie de sa vie et de son héritage. Il est l'auteur de Tantra, Intimité au Masculin, publié en mai dernier chez Actes Sud (Souffle de l’Esprit). Ce livre "est le fruit de dix-sept années de pratique, de mes observations et réflexions. Il est aussi la constatation que le corps et la sexualité ont besoin d’être réhabilités à leur juste place dans notre monde." Que l'univers t'entende, Aliam !

André







mardi 30 juin 2020

Apprendre, face à un urinoir, à cibler nos projets avec précision




Oui des urinoirs nous montrent comment changer le monde ! À gauche, le gars qui regarde ailleurs va pisser à côté de la cuvette. Des chercheurs ont trouvé la méthode pour l'amener à se concentrer sur la cible sans lui en donner l'ordre, ce qui serait contre-productif. Les épouses passent leur vie à supplier leur époux de s'asseoir afin d'éviter l'arrosage alentour.  Célibataire, je conserve mon honneur et pisse debout. Les gars qui se sont penchés sur ce problème ont réussi à réduire de 70% les dépenses de nettoyage des pissoirs à Schipol, l'aéroport d'Amsterdam, tout en améliorant l’hygiène de ces sanitaires et réduisant les frais. Ils ont appliqué la méthode du nudging [coup de pouce] qui propose des stratégies malignes pour résoudre les problèmes de la planète.





Matthieu, un jeune ami français, poursuit ses études en Suisse dans une université renommée pour son enseignement de l'économie et des branches qu'on y rattache aujourd'hui. Les cours sont donnés en anglais et en allemand. Soixante-deux ans et l'orientation sexuelle nous séparent, Matt et moi. Je suis son grand-père de substitution depuis qu'il a perdu celui avec lequel il s'entendait si bien. Récemment, Matt m'a envoyé un courriel mentionnant un article concernant le concept du nudge. "Je me disais que peut être ce paper pourrait vous intéresser. Il aborde des mesures intéressantes capables d'orienter les individus vers des habitudes plus écoresponsables. Il développe le sujet du nudging, un outil très puissant, mais aussi potentiellement dangereux si de mauvaises intentions motivent son usage. J’ai abordé ce sujet durant un cours portant sur les mécanismes psychologiques à l’origine de nos comportements."



Dans un charabia de haut vol, le document part du principe que "a renewed perspective on existing potential strategies for behaviour change are entering public debate that have implications for behaviour of individuals, but that also raise critical questions about the role of the government in the society and transition to sustainability. The guiding question is whether it is possible to help individuals make better decisions for themselves and society at large by overcoming limitations of human cognitive capacity and behavioural biases." Par exemple: comment convaincre une population écervelée à ne pas abandonner des précautions essentielles après une première phase de pandémie... Afin de résumer le principe de cette stratégie, j'ai choisi deux vidéos de nudging pour les nuls (comme moi).













Au carrefour des croisades actuelles en faveur des égalités et du climat, la génération de Matt fait face à des penseurs plus ou moins documentés, à des utopistes et à des politiciens inamovibles. Comment va-t-elle créer et défendre son avenir, non en freinant, mais en agissant et en se saisissant des leviers de la transformation? Est-elle consciente que l'action est nourricière et les manifs juste un apéro ? Comment va-t-elle changer les comportements de notre société ? Nos concitoyens associent la fin du monde à des films de fiction. Dès lors il nous faut des créateurs nudgeurs inspirés pour inventer de nouvelles mouches qui, collées au fond des urinoirs de nos crises actuelles, nous sauveront avant qu'il ne soit trop tard.



Matt m'expliquait hier le fonctionnement de la théorie des perspectives de Kahneman et Tversky (1979) qui a été amendée depuis et explique certains de nos comportements irrationnels. Un exemple connu: les voyageurs fréquents gagnent des miles supplémentaires lors de leurs déplacements en avion. Pourtant, ils sont nombreux à ne pas les utiliser. Leur plaisir est dans l'accumulation plutôt que l'utilisation. Et Matt me rappelait l'une de mes raisons d'acheter durable. La chaîne de magasins où je fais mes courses me tient au courant tous les deux mois. En avril et mai, mon pourcentage était de 49,6% d'achats de produits bio face à la moyenne suisse de 23,1%. La fierté de gagner des pour-cent alimente ma volonté de préserver l'environnement. Je vise la mouche.

André




P.S. Le concept de ce blogue est fondé sur le nudging que représentent les photos...






















jeudi 25 juin 2020

Qu'est-ce que la "fierté": trouver l'équilibre ou bander ses muscles ?




Aux États-Unis, on utilise les mots pride et proud -- fierté et fier -- comme si "Je suis fier d'être un Américain" était un exploit personnel. Je considère le fait d'être suisse avec gratitude puisque mon pays n'a plus subi ou mené de guerre depuis longtemps; mais je n'y suis pour rien. Mes parents étaient suisses, donc je le suis. Je suis né gay et je l'assume parfaitement. Voilà pourquoi le fait d'accoler les termes de gay et fierté me dérange, mais s'explique. La Gay Pride, la Marche des fiertés est née aux États-Unis et le mot de fierté dans ce contexte signifie qu'il n'y a aucune raison d'avoir honte de notre orientation. Elle a toujours existé et n'a jamais mis en danger le mariage "tel que Dieu l'a voulu" (selon les pieux homophobes) car "Dieu" a créé cette divergence pour apporter de la diversité sur notre planète.




Lorsque la pandémie actuelle s'est propagée, les pieux homophobes ont déclaré -- une fois de plus -- que leur Dieu punissait les pays qui avaient légalisé le mariage pour tous. Or les nations qui condamnent les LGBT à la prison ou la mort sont également touchées par le virus, même plus durement.



Nous naviguons dans une époque étonnante avec le télescopage dynamique de nombreux mouvements de foule. Les uns concernent les inégalités perpétuelles entre femmes et hommes, ou celles qui divisent Noirs et Blancs, avec les violences policières collatérales. Les abus sexuels qui ont plongé enfants, adolescents et adultes dans de profondes douleurs sont enfin révélés. La maltraitance que nous faisons tous subir à notre Mère Terre est mise en évidence par les plus jeunes et les plus réfléchis. Cette conjoncture puissante (et terrifiante) va-t-elle marquer le point de départ d'une évolution ? S'y ajoute encore la "faillite catastrophique des gouvernements occidentaux" face à la pandémie du covid-19 pourtant annoncée à temps, telle que la dénonce Richard Horton, rédacteur en chef de la revue médicale The Lancet.



Et il ne faut pas oublier les souffrances d'une grande partie des LGBT à travers le monde. Ni la pandémie du sida. Ce virus apparu au début des années 1980 en Afrique continue à se propager, majoritairement parmi les hétérosexuels, et à semer la mort. On compte plus de 40 millions de trépassés.



"Ce dont le monde a besoin maintenant, c'est d'amour", recueillement chanté en mémoire
des 49 personnes abattues en 2016 au Pulse, une boîte à danser fréquentée en majorité par des LGBT
à Orlando (Floride). Le meurtrier avait prêté allégeance à l'État islamique.


Pour résumer son histoire en peu de mots, la Gay Pride trouve son origine dans un bar louche de New York qui appartenait à la mafia. Du pire naît parfois le meilleur... C'était la Stonewall Inn où se retrouvaient des LGBT du temps passé. Ils étaient régulièrement victimes de descentes de police. Un soir de juin 1969, n'en pouvant plus, les clients sont entrés en lutte contre les forces dites de l'ordre. L'émeute s'est renouvelée les nuits suivantes jusqu'à ce la furieuse colère des folles, des gouines et des enculés fasse reculer les flics.



La première Liberation Parade s'est déroulée à New York le 28 juin de l'année suivante. En 1970, il fallait de la témérité, de l'arrogance et de l'assurance pour défiler. C'était pour la plupart de celles et ceux qui s'y engageaient un coming out public face à votre famille, aux employeurs, aux collègues, aux propriétaires de votre logement et à tous les gens que vous fréquentiez quotidiennement. Vous les défiiez de vous accepter alors qu'ils n'avaient quasiment jamais rien compris de votre situation.



Pour illustrer le développement des mentalités de l'époque, voici mon autobiographie gay. Je suis né en 1936 alors qu'en Allemagne les Nazis envoyaient déjà les homosexuels dans les camps de concentration. On estime à 500'000 le nombre de gars morts lors de traitements expérimentaux, d'exécutions sommaires ou par suicide suite au programme d'extermination. En 1942 (durant la guerre) les relations homosexuelles ont été dépénalisées en Suisse. Tandis qu'en Allemagne de l'Ouest, l'article 175 du code pénal concernant les homosexuels est demeuré celui de l'époque nazie jusqu'en 1969. N'empêche que criminels ou pas (suivant les États) nous étions tous considérés comme des malades atteints d'une pathologie psychiatrique. Ce qui ne nous a pas empêchés de danser pour fêter les étapes de notre lutte en faveur de l'égalité.





Puis, ô miracle !!! nous avons tous été guéris de cette pathologie en un seul jour. Le 17 mai 1990, l'Organisation mondiale de la santé a pris la décision d'effacer l'homosexualité de sa liste des maladies mentales. J'ai donc subi courageusement ma maladie durant 54 ans sans un seul séjour en clinique psychiatrique...

André






samedi 20 juin 2020

Tomber (de nouveau) en amour d'un homme taillé dans le marbre









Les musées rouvrent leurs portes. Ils imposent des mesures de sécurité sanitaires qui sont une bénédiction pour les visiteurs réellement intéressés. Déambuler paisiblement sans être importuné par une foule qui ne fait que passer avant de regagner son car ou son bateau. Prendre le temps de contempler, de méditer, de rêver, de se transporter dans une autre époque, de communier avec l'artiste de telle ou telle oeuvre, de s'unir à un personnage en marbre dont le coeur se met à vibrer. Imaginer tomber amoureux parce que, comme l'exprime la chanson de la comédie musicale Passion de Stephen Sondheim, "Loving you is not in my control..."













Vers 490 avant notre ère.


Torse grec, vers 200 avant notre ère.