dimanche 16 février 2020

Pour fêter le Brexit les Anglais montrent leurs fesses à l'Europe...




... sans se rendre compte qu'ils s'enculent eux-mêmes.
Résultat de recherche d'images pour "Le Temps dessin de Chappatte Brexit"
Dessin de Chapatte dans le quotidien suisse Le Temps.
















Le divorce entre Royaume-Désuni et  l'Europe n'a pas été simple. C'est celui d'une île rattachée à un continent et néanmoins éternellement tentée de larguer les amarres.







À ces nullités de politicards, il leur a fallu plusieurs années d'allers et retours pour négocier.













mardi 11 février 2020

Les marques d'affection gay en public enfin protégées par la loi




Les humiliations, les injures et même les coups sont le lot de beaucoup d'adolescents LGBT. Cela va même plus loin lorsqu'elles et ils sont exclus des groupes de camarades, des églises et même du milieu familial. D'où de nombreuses tentatives de suicide, voire de morts. Ces humiliations qui se transmutent en honte, si l'on n'y prend pas garde, produisent des blessures de l'âme qui risquent de durer une vie entière chez celles et ceux qui ne trouvent pas d'aide suffisante dans leur entourage ou auprès d'un/e psychologue vraiment compétent/e.





Pour se déculpabiliser, la société classe les problèmes d'intimidation, de persécution et de racisme envers les minorités de genre, de race, de religion et d'orientation sexuelle parmi les rites de passage. Ces initiations permettraient d'évoluer vers plus de maturité, comme le service militaire par exemple. C'est faux. Il s'agit d'actes hostiles et destructeurs qui n'ont pas leur place dans un monde qui se prétend évolué et démocratique. De plus, cela encourage les racistes et les homophobes à agir encore plus violemment pour se défouler de leur propres problèmes.


Jubilation dimanche après-midi dans les saunas suisses à l'annonce du résultat.

Deux électeurs sur trois soit 63,1 % parmi celles et ceux qui ont voté dimanche dernier ont dit "oui" à un élargissement de la loi antiraciste suisse aux manifestations homophobes. La région francophone du pays a le plus massivement soutenu ce progrès. Le canton de Vaud et sa capitale Lausanne (où je vis) a même dépassé les 80%. Nous pouvons envisager notre prochain objectif, le mariage pour tous, avec optimisme. Qui va piano va svizzero, c'est vrai... Mais il a fallu passer par les urnes et c'est donc réellement la volonté du peuple qui soutient cette avancée.






USA
Dessin de Chappatte dans le quotidien suisse Le Temps lundi 9.2.2020.




Les lois ne guériront ni les racistes ni les homophobes. C'est la société et particulièrement ceux qui sont chargés de l'éducation, parents, enseignants, religieux et médecins de l'âme qui doivent changer. Nous nous sentirons enfin intégrés lorsque il n'y aura plus besoin de nous cacher, sinon d'annoncer urbi et orbi notre religion ou notre orientation. Il y en a marre de devoir faire notre coming out chaque fois que quelqu'un nous demande si nous sommes marié, si nous venons d'Afrique, si nous sommes musulman, si nous sommes un homme ou une femme. Ou de trouver des réponses acerbes à des questions stupides comme: "Vous ne seriez pas gay, par hasard ?" Ma réplique dans ce cas: "Le hasard fait bien les choses, j'ai justement besoin que quelqu'un me suce -- femme ou homme, peu m'importe..."

André










Hey mec, sors de ton placard maintenant qu'il fait bon dehors !







jeudi 6 février 2020

Deux bites pour saisir l'enjeu de la prochaine votation en Suisse



Ce dimanche 9 février, le peuple suisse votera pour approuver ou rejeter une décision du Parlement prise en décembre 2018 et suspendue par un référendum mené par les deux partis les plus à droite. Il s'agit d'étendre la norme pénale actuelle contre la discrimination et l'incitation à la haine fondées sur l'appartenance raciale, ethnique ou religieuse à la protection des personnes visées à cause de leur orientation sexuelle. Les deux photos ci-dessus résument la situation. Tous les partis de gauche et du centre approuvent l'extension de cette protection. Quant à l'Union Démocratique du Centre [ni démocratique, ni centriste] et à l'Union Démocratique Fédérale (UDF) elles sont représentées par une bite arc-boutée sur leur racisme et leur homophobie.







Allocution du conseiller fédéral Alain Berset, membre du Parti socialiste et ministre de l'Intérieur.



Deuxième photo du haut: les bites qui se joignent dans la célébration de l'amour et du respect du prochain représentent l'idéal auquel aspirent les gays, engagés depuis les années soixante en faveur de l'égalité pour nous et pour les autres minorités. Mais parlons de l'UDF. C'est un tout petit parti qui s'inspire de l'exemple américain des sectes évangéliques soutenant Trump. L'UDF prétend appliquer des "valeurs bibliques" soit: non à l'avortement, non à l'accueil des migrants, non à la drogue, non au mariage pour tous, non à l'éducation sexuelle à l'école...





En 2005 déjà, ce parti avait lancé un référendum contre le Partenariat enregistré (ou Pacs) adopté par le Parlement. Avec l'appui d'autres partis de droite, il affirmait que les gays présentaient un risque pour la santé nationale, à cause du sida, et que l’État ne devait pas ériger en "norme civile" des "comportements à risques". Mais les Suisses ont ratifié la loi fédérale et se sont montrés plus attachés au précepte de Jésus d'aimer "son prochain comme soi-même" que le parti qui se prétend chrétien. Cette année-là, la petite Suisse s'est singularisée en étant le seuls pays au monde où la reconnaissance des couples homosexuels était approuvée directement par le peuple.


Pourquoi ces deux partis de droite proclament-ils aujourd'hui que les lois actuelles suffisent pour nous protéger contre les attaques homophobes verbales et physiques ? Ils prétendent que tout ce qui se rapproche de la Justice au service d'une "pensée unique" menace "dangereusement" la démocratie... Dès lors, un restaurateur qui ne veut pas nous accueillir dans son établissement, une gérance qui ne loue pas d'appartement à des pédés sont dans leur bon droit. Sénèque, qui a vécu au début de notre ère, a déclaré (je cite de mémoire) que les interprétations des bigots sont considérées comme véridiques par les gens simples, truquées par les sages, et utiles par les puissants.





Les fondamentalistes religieux et les électeurs d'extrême-droite sont des personnes en besoin de certitudes. Elles et ils sont profondément troublés par les difficultés, les problèmes voire les violences qui ont imprimé des marques indélébiles sur leur existence. Sans en être forcément conscient/e/s. L'héritage de conflits à travers les générations, une éducation rigide ou négligée, le manque de stimulants positifs peuvent en être la cause. Pour sortir de leur confusion, elles/ils adhèrent aux solutions simples et définitives qui leur sont proposées. Car les libertés infinies qu'offre la vie, ainsi que les choix à faire les rendent désemparé/e/s. C'est ainsi qu'elles/ils se retrouvent à la merci de politiciens autoritaires et de religieux qui exploitent leur crédulité (et s'emparent de leurs économies).





Vous imaginiez que le coronavirus avait migré d'un animal acheté vivant au marché de Wuhan et mangé cru comme le font encore beaucoup de Chinois. Eh non ! Rick Wiles, prédicateur américain que Dieu a choisi pour révéler la vraie source de cette catastrophe vient de l'annoncer: il s'agit d'une plaie destinée à éradiquer les LGBT de la planète, ainsi que d'autres pécheurs. Et si le coronavirus a atteint d'abord la Chine, c'est à cause de son gouvernement communiste impie. Quant aux États-Unis, ils sont pleins de gens dégoûtants qui pratiquent des opérations transgenre sur des enfants qu'ils pervertissent. En 2014, Rick Wiles avait déjà annoncé que l'épidémie du virus ebola allait purifier l'Amérique de l'homosexualité, de la promiscuité sexuelle, la pornographie, de l'avortement et de l'athéisme...



J'ai gardé le meilleur pour la fin. C'est en revenant de Davos, en Suisse, où il avait suivi les débats du Forum économique mondial (World Economic Forum) avec quatre collègues de la radio TruNews que Rick Wiles a révélé les intentions divines d'extermination des LGBT et autres pécheurs. Les journalistes de TrueNews avaient été accrédités par la Maison Blanche alors que le reporter d'une importante chaîne de télévision ne l'était pas. C'était après que Wiles eut annoncé que la tentative de procès en destitution du président Trump était un complot planifié par une cabale juive. TrueNews est réputée pour avoir aussi révélé aux Ricains que le président Obama était un chef jihadiste, qu'Israël et la mafia juive avaient assassiné John F. Kennedy, que Bill Clinton était un cannibale et j'en passe. On peut comprendre que Dieu perde parfois la tête face à ses prophètes.

André